Soutien à la création

Résidences 2021

Mirage Cie Dyptik

Résidence du 26 janvier au 31 janvier

Mirage

Des grillages et des barbelés, des tôles rouillées sur le toit des habitations, des drapeaux suspendus, des pas qui frappent le sol avec force et élégance, tête haute, vêtements colorés, soigneusement ajustés...C’est l’image du camp de réfugiés de Balata en Cisjordanie. Irréelle, absurde et magique elle inspire cette nouvelle création. Immersive, la mise en scène questionne les normes, la scène et son public. L’élan des danses traditionnelles, par leur forme concentrique, façonne la scénographie. L’énergie circule entre la périphérie et le centre. Habité par cette force collective, le mouvement devient un projectile qui dénonce les supplices et les injustices. Une image en suspens inspirée d’un désir tellement violent qu’il transcende la réalité...Mirage.

Partenaires

Productions : IADU La Villette, Théâtre de Cusset, CCN de la Rochelle - Cie Accrorap, Cnarep Sur le Pont (La Rochelle), CNAREP Les Ateliers Frappaz (Villeurbanne), Cnarep Le Moulin Fondu – Cie Oposito (Garges les Gonesse), CNAREP Atelier 231 (Sotteville-Lès-Rouen), Les Tombées de la Nuit (Rennes), Dispositif « Écrire pour la rue » SACD et Festival des 7 Collines (St Etienne), Institut Francais d’Algérie, Institut Français du Maroc

Avec le soutien : Centre Culturel du Château de Goutelas (Marcoux), Le Fil - SMAC de St Etienne, le 37 ème Parallèle (Tours) et le festival Les Années Joués, la Ville du Chambon Feugerolles

La Compagnie Dyptik est conventionnée par la DRAC et la Région Auvergne - Rhône-Alpes, le Département de la Loire et la Ville de Saint-Étienne

La Compagnie Dyptik est artiste associé avec IADU La Villette et le Théâtre de Cusset / Scène conventionnée d’intérêt national "Art et Création" pour les Arts du Cirque et la Danse.

Cie Dyptik

Fondée en 2012 par les chorégraphes Souhail Marchiche et Mehdi Meghari, la Compagnie Dyptik est installée dans son propre espace de création à Saint-Étienne. Ensemble ils dirigent Dyptik, et ce nom qu’ils ont choisi pour leur compagnie est très symbolique et très porteur de sens. Séparément mais déjà ensemble, ils découvrent la danse Hip-Hop qui ne les lâchera plus. Les deux auteurs-chorégraphes portent un Hip-Hop au langage pluriel, ils sont dans la rue, ils sont sur les scènes, ils créent un festival pour révéler de jeunes auteurs et pour encore métisser leur danse ils parcourent le monde et croisent des danseurs malgaches, maliens, palestiniens, rencontrent d’autres conceptions du Hip-Hop...