Soutien à la création

Résidences 2020

Le Ballon Vert Demokratia Melancholia

Résidence du 7 décembre au 18 décembre
Visite de chantier
Atelier 231
17 décembre - 19:00

Entrée Libre
dans la limite des places disponibles

Les conditions d’accueil du public seront ajustées en fonction des recommandations sanitaires en vigueur

Demokratia Melancholia

Notre première aventure dans la rue s’est faite autour d’une trilogie radiophonique Octopus. Il y était question de la parole intime dans l’espace public. Avec Demokratia Melancholia nous portons un regard poétique sur l’acte politique. Qu’est-ce qui fait encore sens dans le vivre ensemble ? Comment communique-t-on les uns avec les autres ? Nous nous essayons à un art de la conversation.  

(c) J. Hélie

Partenaires

Les aides des collectivités : DGCA – Aide à la création ; DRAC Normandie –

Aide à la création : Région Normandie – Aide au développement des activités 2 ans ; Département du Calvados – Aide à la création ; Ville de Caen – Aide à la création (en attente de vote)

Les coproductions et résidences : Archipel – Granville ; CDN Caen– Hérouville Saint Clair ; Atelier 231 – CNAREP – Sotteville Les Rouen ; La Renaissance – Mondeville ; Éclat(s) de rue – Caen ; La Cité Théâtre – Caen

Les partenaires de résidences : Les fours à chaux – Regnéville sur mer – Département de la Manche ; Studio des 3 oranges – Théâtre de l’unité – Audincourt ; L’étable – Cie des petits champs – Beaumontel ; Le Carnaval de Granville (et les carnavaliers) ;

(c) J. Hélie

Le Ballon Vert

Le Ballon Vert est une compagnie implantée à Caen depuis 2013. Nous développons une recherche artistique « hors les murs » qui interroge nos relations à l’espace public. La compagnie se compose d’une équipe pluridisciplinaire qui tente d’ouvrir le plus de voies poétiques possibles au travers de la ville. 

Comment transformer nos espaces de vie en espace de rêveries ?  

Les arts de la rue sont le plus souvent connus comme des arts festifs, simples d’accès, mariant les mots et les artifices, revisitant à l’envie notre environnement. Nous cherchons à inscrire une trace dans l’imaginaire collectif, afin de décaler le regard quotidien, celui qui ne voit plus ou qui ne se donne plus le temps nécessaire pour voir. Nous nous nourrissons des histoires de la ville au travers d’enquêtes, de repérages urbains, de collectes de récits intimes, de fictions, de sujets d’actualités... pour provoquer des rencontres entre absurde, intime et ce que l’on nomme « le réel ». Douter de ce qui paraît immuable et s’autoriser à se perdre un peu, pour mieux entendre et voir ce qui se raconte ensemble, ici et maintenant.