Notre site internet utilise des cookies afin de faciliter votre navigation. En navigant sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.

Atelier 231 - Centre National des Arts de la Rue

Centre National des Arts de la Rue

Accueil Actualités
 

Actualités

Bords de Seine - 09 et 10 septembre à Elbeuf-sur-Seine

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Imprimer

Un parcours artistique du quartier du Puchot au Cirque-Théâtre d’Elbeuf en passant par les bords de Seine pour ouvrir la saison en compagnie des artistes.
3 spectacles en partenariat avec le Cirque-Théâtre et la ville d'Elbeuf-sur-Seine à l'occasion d'Elbeuf sur Fête.
 

 SAM. 09 et DIM. 10 SEPTEMBRE
15h00 La Spire > entre la rue du Puchot et la rue Anatole France
16h00 Landscape(s)#1 > Bords de Seine (au niveau de la mairie)
17h30 Je ne peux pas mourir > Cirque-Théâtre d'Elbeuf


Durant ces deux jours, au rythme des sons New Orleans, la fanfare Les Fonk Nola vous accompagnera le long du parcours.

Fonk Nola (c) DR
 

- ENTREE LIBRE -

-------------------------------------------------------------------------

LA SPIRE
Cie Rhizome / Chloé Moglia
Performance monumentale

La Spire (c) JL FerndezUne immense spirale s’installe au coeur du quartier du Puchot, tel un ressort monumental de 6 mètres de haut. Rapidement, il devient le terrain de jeu de six acrobates qui le traversent. Suspension, rencontres aériennes et acrobaties en douceur… tout peut arriver dans les méandres métalliques de la Spire, créant un instant de grâce, parenthèse enchantée dans l’agitation de la ville.

durée > 40 min.
dir. artistique et scéno. Chloé Moglia
conception tech.et réal. Éric Noël / Silvain Ohl
conception dispositif sonore Gilles Olivesi
création musicale live Marielle Chatain
régie gale Loïc Jouanjan / Coralie Pacreau
régie son Laurent Guigonnet
les supensives Mathilde Arsenault-Van Volsem
Fanny Austry / Carla Farreny Jimenez
Anna Le Bozec / Océane Pelpel / Chloé Moglia


LANDSCAPE(S)#1
Cie La Migration
Funambules Voltigeurs

Landscape (c) DRInstallés sur une étonnante structure, deux hommes se lancent dans un vertigineux mouvement de grand balancier, toujours sur le fil de l’équilibre. L’agrès qu’ils ont inventé relie deux fils de funambule à un axe de rotation, composant ainsi une partition gestuelle alliant équilibre et voltige. L’immense pendule s’emballe ou se stabilise, s’envole ou se balance au coeur d’un paysage à redécouvrir pendant cet instant hautement acrobatique et onirique.

durée > 30 min.
écriture Marion Even / Quentin Claude
mise en scène Marion Even
interprètes Quentin Claude / Gaël Manipoud
création sonore Jean-Christophe Feldhandler
conseil et accomp. art. Jérôme Thomas
production et administration
Natan Jannaud / Ameline Baudoin

JE NE PEUX PAS MOURIR
Mais qui peut vivre en pleine lumière crue ?
M. Vogelle, A. Las Cuevas, L. Lastella
Trio acrobatique et aérien (étape de création)

Pour terminer un parcours artistique exceptionnel, pénétrez sous la coupole du Cirque-Théâtre pour y découvrir les premières envolées de trois jeunes artistes issues de la dernière promotion du CNAC. Entre le trapèze, cerceau aérien et roue Cyr, elles s’inspirent du mythe des trois Parques et proposent une variation acrobatique autour de ces personnages antiques qui tissaient le fil de la destinée des hommes.

durée > 20 min.
création et interprétation Marlène Vogele
(trapéziste) / Anahi de Las Cuevas
(longeuse / contorsionniste / cerceau)
Lucie Lastella (roue Cyr)
regard extérieur Marlène Rubinelli-Giordano
création musicale Bertrand Landhauser

   

UNITED WE ACT ! A note on Brexit and the role of IN SITU cultural cooperation in the European Union

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Imprimer

Le 27 Juin dernier, le réseau IN SITU s’est réuni à Sotteville-lès-Rouen pour travailler sur IN SITU Platform 2014-2017 et le nouveau projet de coopération internationale IN SITU ACT 2016-2020, tous deux soutenus par la Commission européenne et impliquant 25 partenaires, dont 3 institutions culturelles basées au Royaume-Uni.

Au cours de cette réunion du réseau, profondément préoccupée par la décision de Brexit, les membres ont ressenti le besoin de partager les considérations suivantes entre les partenaires internationaux et les autorités locales, nationales et internationales qui suivent nos activités.
 

/////////////////////////////////////////////////

On June 27th the IN SITU network gathered in Sotteville-lès-Rouen to work at the IN SITU Platform 2014-2017 and the new international cooperation project IN SITU ACT 2016-2020, both granted by the European Commission and involving 25 partners, 3 of whom are UK-based cultural institutions. During this meeting the network, deeply concerned about the Brexit decision felt the need to share the following considerations with international colleagues and the local, national and international authorities that follow our activities.
 

1. Brexit will not affect the development of ACT and Platform projects, where our British partners Hull Freedom festival, Norfolk and Norwich festival, UZ Arts, bring and will continue to bring an enormous added value. We hope that Brexit is not going to affect the possibility and eligibility of Bristish artists to take part to our activities in the future, since British artistic scene has represented an unbelievable “creative soil”, crucial for the development of the arts in Europe.

2. Brexit speaks about disconnection between people and governments and the lack of a common vision for communities, cities and eventually countries. This will enhance IN SITU's ongoing reflection on culture, public space and audience engagement towards a higher and more integrated work with our local communities, from urban to rural. We believe the only solution to isolation and nationalistic fragmentation is to consider CULTURE as the asset to improve European citizens' life conditions at a human, social and economical level, to lead them to a more conscious civic life and aware of a human based European project.

3. Brexit teaches us that Europe is in continuous and sometimes unpredictable change and this change needs to be governed by a new generation of European leaders, a pact between older and younger generations to put culture, education and human development as a priority of a future Europe.
 

IN SITU will continue to be active on this level through a series of seminars and the creation of a think tank and will take into account that this could be the occasion to act together, to build at a
European, national and local level a renewed unity where European cultural operators could be the mediators of cooperation and dialogue within and beyond geographical and institutional borders.

 

_________________________________________________________

IN SITU is the european network dedicated to artistic creation in public space. It is led by Lieux publics - national center for artistic creation in public space - located in Marseille (FR). Since 2003, it has supported more than 150 artists and brought together 26 partner institutions from 17 countries: Austria, Belgium, Bulgaria, Czech Republic, Germany, Denmark, France, Greece, Hungary, Italy, Kosovo, Moldavia, the Netherlands, Norway, Slovakia, Spain, the United Kingdom and the United States of America. IN SITU PLATFORM 2014 -2017 and IN SITU ACT 2016 - 2020 are funded with the support of the Creative Europe programme from the European Commission. This communication reflects the view only of the author, and the Commission cannot be held responsible for any use which may be made of the information therein !

logo in situ     logo culture europe

More info : www.insitu.info

   

TRIBUNE : Un espace public en état d’urgence artistique

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Imprimer

TRIBUNE


Un espace public en état d’urgence artistique

A chaque printemps, on voit fleurir de nouvelles annonces médiatiques. Culture pour tous, culture pour chacun, accès à la culture pour les publics empêchés… On allait voir ce qu’on allait voir, l’art et la culture ne seraient bientôt plus réservés à une élite cultivée. Les années passent, les annonces passent, les ministres passent…

Pourtant, la France peut s’enorgueillir d’être en pointe sur une forme démocratique par essence, la création et l’action artistiques en espace public. Un art qui touche tous les citoyens sans exception, qui bouleverse les catégories, qui défie les chapelles, qui permet aux artistes de partager un regard singulier sur nos espaces communs, sur leurs usages, sur leurs récits. A l’heure où la France est confrontée à la  terreur, aux replis identitaires et à la peur de l’autre, l’espace public est plus que jamais un enjeu majeur, et les artistes y ont un rôle essentiel à jouer.

Car ce secteur artistique est en plein bouillonnement. Les arts visuels et le spectacle vivant se croisent, liés par le souci permanent du contexte. Certains artistes construisent leurs oeuvres avec les habitants, d’autres inventent avec le territoire qu’ils arpentent, d’autres encore s’impliquent dans les quartiers les plus fragilisés …

Sans conteste, la France est sur ce sujet une référence : les compagnies de théâtre de rue ou les artistes plasticiens sont invités dans le monde entier, les festivals et les grands évènements urbains français sont les rendez-vous incontournables des artistes et professionnels étrangers, les réseaux européens sont pilotés par des structures hexagonales.

Et puis le Parlement a inscrit dans la loi la notion de droits culturels en juillet 2015, changement fondamental de conception des politiques publiques de la culture, au coeur de l’action de nombreux de nos lieux. Et c’est sous l’impulsion de la Fédération nationale des arts de la rue qu’il a été demandé l’étude d’un nouveau 1% pour financer l’art en espace public.

Dans tout ceci, le Ministère de la Culture et de la Communication joue un rôle bien marginal :

  • Nos quatorze centres nationaux reçoivent à eux tous un financement inférieur à un seul théâtre national.
  • Le centre de ressources du secteur HorsLesMurs va disparaître et être fusionné avec celui du
    théâtre.
  • A force de la réclamer, il existe même depuis 2014 une Mission nationale pour l’art et la culture en
    espace public. Réunissant spectacle vivant et arts visuels, festivals et évènements urbains,
    ministères, élus, collectivités territoriales et urbanistes, ses travaux très féconds ont réuni une
    centaine de personnes. Ses préconisations précises ne sont à ce jour suivies d’aucune mesure
    concrète.

Tout tarde, s’englue dans les méandres du ministère, est renvoyé toujours à plus tard, à trop tard.

« Tout changer pour que rien ne change ». Et si la litanie des déclarations de bonnes intentions n’avait finalement pour but que de toujours repousser à l’année suivante la prise en compte de formes de création artistique qui touchent le plus grand nombre ?
 

Le réseau des Centres Nationaux des Arts de la Rue et de l’Espace Public

   

Page 8 sur 120


Agenda
Actualités
Rue et Cirque, la médiathèque numérique (Nouvelle fenêtre)La médiathèque numérique
des arts de la rue et des arts du cirque.